Le papier albuminé est un papier de tirage très ancien, utilisé vers les débuts de la Photographie.

Dans les premiers temps, les photographes utilisaient le papier salé (papier enduit de sel marin et de nitrate d’argent formant du chlorure d’argent : un sel très sensible à la lumière).

L’inconvénient de ce papier était d’offrir une image un peu diffuse et sans trop de contraste, le chlorure d’argent venant imbiber les fibres du papier en profondeur.

 

Pour remédier à ce probleme des chimistes-photographes eurent l’idée d’ emprisonner le chlorure d’argent sensible dans une fine couche d’albumine transparente, ce qui allait permettre à l’image de se former en surface (dans cette fine couche et non à l’intérieur des fibres du papier) et donc de gagner en finesse, en densité et en contraste.

 

Le procédé voit le jour en 1847, et est commercialisé avec succès en 1850.

 

Il fut très prise des photographes car il conservait l’aspect du papier bromure tout en étant un procédé à noircissement direct facile à utiliser.

 

Le papier albuminé offre une douceur et un aspect lustré, satiné d’une beauté incomparable.

 

Ce procédé permet de choisir le grain, la texture du papier que l’on souhaite utiliser avant de le preparer et offre donc ainsi tout un éventail de choix.

 

FacebookTwitterGoogle+Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>